Au rayon cd

Notes personnelles

08 juin 2008

Allons enfants de la mièvrerie

Entendu ce matin : l'hymne officiel de l'équipe de France de foot-ball pour l'Euro 2008. La "chanson" est de Grand Corps Malade, j'ai rarement entendu une daube aussi grotesque.

Beaucoup de voix s'élèvent en France pour changer le texte de La Marseillaise à cause de son caractère belliciste mais, bizarrement, personne ne trouve à redire aux hymnes sportifs dégoulinants de bons sentiments que l'on nous sert aujourd'hui. Au moins, Rouget de l'Isle avait du style. Si c'est pour nous transformer La Marseillaise en soupe mielleuse et aseptisée, c'est pas la peine.

Quand Dalida chantait l'hymne du mondial 1982, les paroles respectaient un tant soit peu la part d'héroïsme de rigueur ("Au ciel de France un cri s'élance / On va gagner / Demain on sera les premiers / Quand s'allumeront les lumières sur le stade de Madrid / C'est Marianne qui sera fière de chanter Rouget de l'Isle / Et dans cette immense arène sans taureaux ni corridas / Que notre amour vous soutienne / Et vous porte à bout de bras / Et de finale en finale jusqu'au jour de la dernière / Nos cœurs seront en escale bien cachés dans vos vestiaires / On fera brûler des cierges comme des feux de Bengale / En avant, en avant, en avant / Le champagne dans les coupes on attendra les vainqueurs), on ne s'embarassait pas de politiquement correct.

Pourrait-on encore chanter aujourd'hui ce que même une interprète consensuelle comme Dalida a chanté il y a 25 ans ?

C'est grave docteur ?

Si vous avez le coeur bien accroché, c'est par ici :

http://fr.youtube.com/watch?v=2kckJg_NqcE

 

Posté par batailleseb à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire