Au rayon cd

Notes personnelles

05 novembre 2009

Benjamin Biolay : album et grosse déception de l'année

Voilà trois semaines que j'attendais que l'on me dise si B.Biolay était OK pour une interview pour Bakchich. Pendant ce temps là, il apparaissait chez Drucker, chez Fogiel, en couverture des Inrocks, dans Le Monde, etc...
Aujourd'hui, on m'annonce qu'il ne sera disponible qu'à partir de janvier, que son planning promo est blindé jusque là.
Il aura fallu attendre trois semaines pour qu'on me dise ça, pour me dire qu'il n'a pas le temps de répondre par mail à douze petites questions.
En 15 mois de collaboration avec Bakchich, il est le deuxième à ne pas avoir le temps de répondre à mes questions, après Vincent Delerm l'an dernier.

Bakchich vient d'entrer dans une procédure de redressement judiciaire, Biolay a dû penser que donner une interview à un média exsangue ne serait pas bon pour son image actuellement. Le truc le plus drôle, c'est qu'il pourrait répondre à mes questions en janvier, comme par hasard, alors que le responsable de Bakchich déclare un peu partout dans les médias : "« Nous n'avons pas lancé un hebdo pour revenir à une simple activité Internet qui ne nous rapportait pas suffisamment. Notre situation est très incertaine. Si la reprise des ventes se confirme et que nous parvenons à une recapitalisation, nous aurons un cercle vertueux qui nous permettra de poursuivre. Dans le cas contraire, on ne sera plus là en janvier prochain ».

Je sais bien qu'il y a d'un côté l'oeuvre et de l'autre le créateur. Que les deux choses sont distinctes. Mais un lien indissociable existe, au moins dans mon petit esprit. Par exemple, j'ai du mal à écouter les albums d'un groupe dont le chanteur a pour seule passion la chasse à l'ours (Metallica) et je sens que je vais avoir du mal à acheter mes places de concert pour la tournée de Biolay. C'est peut-être con, mais c'est comme ça.

Du coup, la personne qui suit le "dossier" de son côté me rétorque que tout ce que je reproche à B.Biolay, en fait, c'est qu'il n'y ait pas plus de 24 heures dans une journée. Sait-elle lire dans les pensées, c'est exactement ça.

Bref, j'avais écrit un papier dithyrambique sur son nouvel album, prolongé de dix malheureuses questions inspirées par l'écoute en immersion du disque. Par exemple : pourquoi ce photomaton posé en plein milieu de l'artwork réalisé par l'agence de conception graphique M/M (celle qui conçut également le visuel de "A l'origine"), comme ajouté à la dernière minute pour plus de visibilité dans les rayons ? Je lui demandais aussi quel est son double album de référence. Et puis, voici les autres questions :   

CharlElie Couture a dit de vous : « « Il s’exprime avec flegme, ce même flegme qui file des ulcères à ceux qui n’explosent pas ». S’il n’y avait pas la musique pour exploser, où seriez-vous ?

Dans quelle configuration allez-vous vous produire sur scène pour défendre cet album ?

Une fois l’enregistrement terminé, est-ce que vous avez pensé : « maintenant, je peux mourir » ?

A mon avis, « Padam » ou « Tout ça me tourmente » paraissent plus radiophonique que « La superbe ». Pourquoi ce choix de premier single ?

Il y a du Blur dans « 15 août ». Quels sont les groupes anglo-saxons actuels que vous écoutez ?

Quel est le dernier grand disque français selon vous ?

Où est passée la nouvelle chanson française, à laquelle vous avez souvent été affilié et dont vous vous êtes émancipé au point de la ringardiser totalement avec des albums aussi réussis que « A l’origine », « Trash yéyé » et le dernier ? Ne seriez-vous pas le fossoyeur de cette « nouvelle chanson française » ?

Qui trouve grâce à vos yeux dans la scène française actuelle ?

Si vous deviez tourner le clip de « Brandt Rhapsody », à quel réalisateur ou cinéaste feriez-vous appel ?

La plage est très présente dans votre œuvre, quels sont vos bords de mer préférés, pouvez-vous nous les décrire en deux-trois mots ?

A partir de la phrase "Chérie, y'a des trucs à manger dans le frigo" (à 1'20'' de Brandt Rhapsody), on sent que le couple entre dans l'usure du quotidien, que la magie s'est envolée. Le mot "Chérie" marque ce basculement. Est-ce parti d'un constat autour de vous ou bien n'avez-vous pas placé d'intention particulière derrière ce mot ?

Voilà. Il n'a pas le temps de répondre avant janvier. Ses fans apprécieront, et les 800 000 visiteurs uniques par mois de Bakchich ne lui en voudront pas.

Après "Fanny Ardant et moi", Vincent Delerm peut maintenant chanter : "Benjamin Biolay et moi".

Posté par batailleseb à 17:27 - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

  • il va falloir qu'on parle, Sébastien.
    vous n'avez rien écouté de ce que je vous ai dit hier, ou plus simplement, N'AVEZ RIEN VOULU ENTENDRE A LA VERACITE DES FAITS EXPOSES.
    votre déformation de la réalité tend à la désinformation, ce qui, pour un journaliste, est franchement regrettable.

    Posté par lara, 06 novembre 2009 à 10:50
  • La réalité, c'est que vous vous êtes contredite : par mail, vous me dites que "c'est impossible, Benjamin ne sera disponible qu'à partir de janvier, dorénavant... Son planning promo est blindé jusque là !" et par téléphone, vous me dites qu'il a suspendu toute promo jusqu'à nouvel ordre.
    De toute façon, on annule le papier sur Biolay.
    Je préfère offrir de l'espace à des artistes qui ne rechignent pas à faire leur promo, vous savez, ce truc pénible qui refile des crises d'urticaire à certains.

    Posté par Batailleseb, 06 novembre 2009 à 11:22
  • en l'occurence, Benjamain Biolay, tout humain qu'il est (un artiste n'est pas surhumain, comme je vous l'ai dit hier, il n'a ni le don d'ubiquité, ni plus d'heures allouées à chaque journée que nous n'en avons vous et moi), ne peut pas à la fois travailler en résidence (répéter la scène pour sa tournée à venir), exercer son métier (également) de comédien, et répondre à des interviews.
    Quand bien même il souhaiterait pouvoir faire tout cela en même temps, vous devez l'admettre, il ne le pourrait pas.
    Vous reprochez donc à un artiste d'exercer sa profession, parce qu'il se consacre à l'un des aspects qui la composent plutôt qu'à celui qui vous agréerait mieux.
    C'est en cela que vous réagissez de manière personnelle et non professionnelle.
    Bien à vous,
    lara.

    Posté par lara, 06 novembre 2009 à 18:21
  • J'ajoute que vos procès d'intention concernant la motivation à accorder ou non une interview selon l'état de santé financière d'un journal sont calomnieux et irrespectueux au possible.
    Outre le fait qu'il n'est pas très élégant de votre part de médiatiser les difficultés que rencontre actuellement le medium pour lequel vous travaillez (on ne tire pas sur les ambulances), il est mensonger de prétendre que Benjamin Biolay ne jugerait pas utile d'accorder une interview à Bakchich au prétexte que le journal risquerait de disparaître.
    Il est encore quelques personnes pour ne pas calculer leurs effets à ce point, monsieur Bataille.

    Posté par lara, 06 novembre 2009 à 18:28
  • Je sais ce qu'est travailler en résidence, merci.
    Je revendique le droit de porter un jugement personnel et non professionnel (brr) ici : cet espace est un blog (une respiration en d'autres termes).
    Pour le reste, heu... vous n'êtes pas ma mère, chère Lara.
    Vous conviendrez que le principal est que l'album de Benjamin cartonne, et qu'il n'ait pas besoin de Bakchich pour faire parler de lui, et j'en suis très heureux pour l'oeuvre monumentale qu'il vient de nous livrer. Vous avez raison : dommage qu'une journée ne contienne pas plus de 24 heures, sûr qu'il aurait répondu aux questions de Bakchich.info dans ce cas. Benjamin, si tu nous lis, il paraît que tu es au courant de tout ce qui se dit sur toi (une ex à toi me l'a dit), il est encore temps de répondre aux questions pour Bakchich.info, nous ne sommes pas morts -

    Posté par Batailleseb, 06 novembre 2009 à 23:41
  • Bon, ben puisque c'est ça, je n'achèterais son album que quand il aura répondu à tes questions, na ! Je sais, un album de plus ou en moins, c'est pas ça qui va beaucoup faire avancer le schmilblick, mais par les temps qui courent, on ne sait jamais...

    Sinon, je suppose que Mlle Lara n'est ni Lara Fabian, ni Lara Croft (ben quoi, elle ne se présente pas !), et qu'elle est l'attachée de presse de Monsieur Biolay. Donc, chère Lara, ce serait si simple pour vous de demander 5mn de son temps à votre artiste pour répondre à Monsieur Bataille, ça arrangera tout le monde et mettrait fin de la façon la plus élégante à cette petite querelle. Et accessoirement, ça me permettrait de compléter plus rapidement ma collection CD de Monsieur Biolay (à ce propos, l'édition limitée deluxe CD & livre 24 pages de Trash Yé Yé était superbe, qu'en est il pour le nouvel album ?). Thanks.

    Posté par Ferris, 07 novembre 2009 à 09:36
  • 5 mn ? Mais tu ne comprends pas : il n'a pas le temps !
    Par contre, tu n'as pas encore l'album, ce n'est pas bien, cours vite l'acheter, tu ne le regretteras pas.
    Vous voyez chère Lara, la promo continue, même le week-end, pas de problème, je m'occupe de tout, j'ai le temps.

    Posté par Batailleseb, 07 novembre 2009 à 11:41
  • En même temps, quand Mlle Lara déclare "Quand bien même il souhaiterait pouvoir faire tout cela en même temps, vous devez l'admettre, il ne le pourrait pas.", ça veut quand même bien dire ce que ça veut dire. Moi, je comprends par là qu'il ne le souhaite pas. Donc, il a des priorité très claires (il veut se concentrer sur son activité artistique et ne pas répondre à ton interview), c'est un choix, il faut l'assumer. Par contre, se retrancher derrière l'excuse du manque de temps, franchement...

    Posté par ferris, 07 novembre 2009 à 12:39
  • C'est exactement ça. La bonne excuse du "pas le temps", je n'en peux plus. Je disais à Lara au tel que quand on veut, on peut : on trouve toujours le temps de faire ce qu'on a envie de faire (comme aller chez Drucker ou Fogiel par exemple).
    Et elle m'a répondu que c'est n'importe quoi de dire ça.
    A partir de là, normal que ça coince un peu. Genre, si je lui dis que la terre est ronde, elle va me rétorquer que non, que la terre n'a pas le temps d'être ronde.

    Posté par Batailleseb, 08 novembre 2009 à 10:51
  • On ne va rien ajouter ... Cette dame c'est assez ridiculisé par ses propos.

    Posté par katy, 12 novembre 2009 à 12:21
  • Donc vous savez que Benjamin Biolay n'a pas répondu à vos questions par crainte que la situation économique de votre société ne ternise son image. Et à part, ça, le centre du monde est-il loin de vous ?
    Ensuite, les questions. Je comprends qu'elles puissent intimider une personne qui n'attend que votre disparition pour vous répondre.
    Ensuite, ne pas publier un article parce qu'un artiste ne se plie pas à vos demandes, il n'y a effectivement plus rien à ajouter. Bien à vous.

    Posté par johnyspoutnic, 23 décembre 2009 à 17:39
  • Venant d'un tel pseudo (johnyspnoutnic), je me doutais bien que j'allais me faire rentrer dedans. Désolé de ne pas poser des questions qui permettent à Biolay d'exprimer son indignation contre Hortefeux et Besson (Cf les Inrocks de cette semaine). En même temps, je me demande de quelle générosité est capable pour les victimes de ces hommes politiques un type qui ne daigne même pas répondre à 10 questions par mail et qui méprise les médias du web pour sa promo (il faudra m'expliquer pourquoi on reçoit le cd promo). Ensuite, l'article a bien été publié, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis non ? Je vous laisse un lien sur lequel vous allez pouvoir vous défouler car je sens que le sujet vous passionne :
    http://www.popnews.com/blog/459/non-mon-fils-tu-n-intervieweras-pas-biolay/

    Posté par Batailleseb, 24 décembre 2009 à 07:45

Poster un commentaire